Augmenter ses revenus en devenant slasheur

On entend souvent dire que le monde du travail change, que des bouleversements importants sont inévitables. Avec en plus des aspirations professionnelles qui évoluent, on peut se sentir un peu perdu par tant de complexité.

Fort heureusement, malgré toutes les incertitudes pesant sur le monde du travail, de nouvelles philosophie apparaissent. De nombreuses personnes arrivent à s’adapter à ce nouvel environnement et arrivent à tirer leur épingle du jeu. Parmi elles : les slasheurs. Alors qui sont-ils, et en quoi consiste cette nouvelle forme de travail ?

Qu'est-ce qu'un slasheur ?

Un slasheur est un travailleur qui cumule plusieurs activités professionnelles, souvent par le biais de l’entrepreneuriat. Ce terme vient du signe « / » que l’on utilise pour séparer différents éléments. On trouve fréquemment ce genre de dénomination sur les réseaux tels que Linkedin ou Instagram. Par exemple : coach/photographe, formateur/écrivain… 

Bien évidemment, le cumul de plusieurs job n’est pas nouveau. Mais l‘essor d’internet et la simplification des démarches administratives contribuent à son développement. Derrière ce mode de travail, se cachent des motivations qui peuvent varier d’un individu à l’autre.

Image par janjf93 de Pixabay

Devenir slasheur par nécessité ou par choix ?

La première raison pour se lancer dans le cumul d’activité est d’ordre financier. De plus en plus de personnes ont besoin de revenus complémentaires, même quand elles ont un travail à plein temps. Il est parfois obligatoire de cumuler plusieurs jobs pour avoir un salaire correct à la fin du mois.

Lié à cette question financière, on peut trouver également des personnes qui souhaitent sécuriser leurs revenus. En ne dépendant pas que d’un seul travail, elles assurent leurs arrières au cas où leur premier emploi venait à disparaître.

On peut devenir slasheur pour préparer sa reconversion professionnelle. On garde notre job alimentaire, et on teste en parallèle une activité que l’on aimerait développer à temps plein par la suite. Si cette méthode est rassurante, elle demande de l’organisation et certains sacrifices pour concilier plusieurs emplois. Personnellement, j’ai été chef de rayon dans un magasin de sport et 6 mois après je démarrais en plus une activité de mandataire immobilier.

Le slashing peut aussi être un moyen de vivre de sa passion. En conjuguant métier alimentaire/métier passion, on s’assure une transition en douceur vers le domaine de nos rêves. Cette solution a également comme vertu de rendre le métier alimentaire moins pénible car on a une perspective d’avenir motivante.

Enfin, le fait de devenir slasheur peut nous permettre d’être en accord avec notre vision du monde du travail. Tout le monde ne rêve pas de décrocher le fameux CDI, Saint-Graal pour s’intégrer plus facilement dans notre société. En effet, si le CDI nous ouvre des portes (logement, accès aux crédits…), il peut aussi apporter son lot de désillusions (salaires faibles, évolutions lentes, mauvaises conditions de travail…). 

Image par Pexels de Pixabay

L'avenir du slashing

L’état du marché du travail, couplé à l’explosion des nouvelles technologies (réseaux sociaux, plateformes vidéos, smartphones…), banalise petit à petit le slashing dans notre société. Ce qui était auparavant perçu comme de l’instabilité ou une anomalie, risque fort de se transformer en avantage. En effet, le slashing requiert des qualités d’adaptabilité, d’ouverture d’esprit, de curiosité intellectuelle et d’organisation. Dans un monde du travail en pleine mutation, ces qualités peuvent permettre aux slasheurs de faire la différence. Le temps où on on faisait carrière dans le même entreprise, ou au même poste, est révolu. 

On assiste également à un changement de mentalités. La jeune génération est plus portée sur l’épanouissement professionnel et la qualité de vie au travail que la précédente. Dans cette optique, le cumul d’activités ou le freelancing sont des pratiques qui vont se développer dans les années à venir.

Conseils pour devenir un bon slasheur

Le point commun à tous les slasheurs qui réussissent est la soif d’apprendre, d’acquérir les compétences qui deviennent indispensables. Cette volonté de ne pas se laisser dépasser par l’évolution rapide du marché du travail conditionne souvent leur réussite. 

Pour mener à bien ce type de projets il faut avoir un objectif bien défini et un plan d’action qui soit clair. La persévérance et la capacité à supporter de lourdes charges de travail sont également indispensables. Et dans ce cas, la curiosité est loin d’être un vilain défaut, au contraire. Il faut s’intéresser au monde qui nous entoure, aux opportunités qui se présentent, et se créer un réseau.

Le slashing est un beau défi, qui peut nous permettre d’être en accord avec nos valeurs les plus profondes. Comme pour tout challenge, nous allons être bousculés et notre volonté risque d’être mise à rude épreuve, mais le jeu en vaut la chandelle.

Je suis convaincu que la moitié qui sépare les entrepreneurs qui réussissent de ceux qui échouent est purement la persévérance

Steve Jobs

Laisser un commentaire