Vous vous demandez certainement quel est le rapport entre Albert Einstein et le secret de la richesse?

Comment cet homme de génie, mathématicien et physicien, dont le nom est synonyme dans la culture populaire de savoir et d’intelligence peut avoir un lien avec l’investissement et les revenus passifs.

Je vous aide, cela un rapport avec les mathématiques, et plus spécifiquement avec les intérêts composés.

 

Les intérêts simples

Il existe deux types d’intérêts : les intérêts simples et les intérêts composés.

Les intérêts simples sont calculés uniquement sur le capital, c’est-à-dire sur la somme que vous avez investie au départ.

Prenons un exemple (simple comme les intérêts): un capital de départ de 1000 euros et un taux d’intérêts annuel de 10%.

Au bout d’une année, votre investissement vous a rapporté 100 euros (10% de 1000 euros). Votre nouveau capital est donc de 1000 euros + 100 euros soit 1100 euros.

Au bout de deux années, vous percevez encore 100 euros d’intérêts, pour un capital de 1200 euros.

Vous vous retrouvez à la tête de 1300 euros la troisième année, et votre capital a doublé au bout de 10 ans, soit un total de 2000 euros.

Les intérêts simples sont donc identiques d’une année sur l’autre, et encore une fois, calculés uniquement sur le capital investi au départ.

La seule façon de toucher plus d’intérêts, c’est d’augmenter votre mise.

 

Les intérêts composés sont la plus grande force de l’univers- Albert Einstein

Les intérêts composés fonctionnent d’une autre manière : les intérêts versés sont intégrés au capital pour le calcul des futurs intérêts.

C’est l’effet boule de neige : plus le temps passe, et plus la boule grossie, car en roulant, la boule intègre de plus en plus de neige à sa structure.

Reprenons notre exemple de 1000 euros investis à un taux de 10% annuel.

Au bout d’une année, votre investissement vous a rapporté 100 euros (10% de 1000 euros). Votre capital est donc de 1000 euros + 100 euros soit 1100 euros.

Mais la deuxième année, les intérêts sont calculés sur 1100 euros (et non plus sur 1000). Vous percevez donc 110 euros d’intérêts, pour un total de 1210 euros.

La troisième année, les intérêts sont de 121 euros (10 % de 1210) , et votre capital gonfle à 1331 euros.

La dixième année, votre capital est de 2590 euros.

Il faut retenir ici que les intérêts composés produisent des intérêts sur les intérêts.

C’est un mode de rémunération beaucoup plus intéressant et profitable.

Mais cette force de l’univers que sont les intérêts composés gagne en puissance avec le temps qui passe.

 

Crédits: Wikipédia

 

 

L’échiquier de Sissa

Nous voyons qu’entre nos deux exemples précédents, l’un avec les intérêts simples et l’autre avec les intérêts composés, il y a une différence de 590 euros au bout de 10 ans.

Le temps joue en votre faveur lorsque vous utilisez la puissance des intérêts composés. Il y a de plus en plus d’intérêts intégrés au capital pour le calcul des intérêts sur la nouvelle période, le montant des intérêts est donc naturellement plus élevé à chaque période de paiement.

La légende de l’échiquier de Sissa illustre parfaitement le lien entre intérêts composés et temps qui passe.

« Le roi Belbib, éminant souverain Indien, en 3000 avant notre ère, promit une récompense à qui parviendrait à lui faire oublier son ennui. Un sage, nommé Sissa, lui présenta un jeu d’échec.

Enthousiaste, le roi Belbib demanda à Sissa ce qu’il voulait comme récompense.

Sissa montra l’échiquier et ses différentes cases.

Il demanda au roi de poser un grain de riz sur la première case, deux sur la seconde, quatre sur la troisième case de l’échiquier, huit sur la suivante, et ainsi de suite jusqu’à la soixante quatrième case de l’échiquier. »

Savez-vous ce qu’il se passa ?

Le roi Belbib dut abdiquer en faveur de Sissa, car il ne réussi pas à honorer sa promesse.

En effet, la dernière case du plateau du jeu d’échec aurait du contenir 9 223 372 036 854 775 808 grains de riz. En y ajoutant les grains de riz des cases précédentes, nous sommes à un total de 18 446 744 073 709 551 615 grains. Soit plus que la production mondiale actuelle.

Si vous reprenez cette légende et l’adaptez aux intérêts composés et au temps qui passe, vous auriez un placement de 1 euros (1 grain de riz), un taux d’intérêts de 100% (doublement sur chaque case) et chaque case de l’échiquier représenterait une période d’un an. Entendons-nous bien, un taux d’intérêts de 100% n’existe pas, mais l’idée est là.

Ce qu’il faut retenir, c’est que plus le temps passe, plus les intérêts composés prennent de l’ampleur dans un investissement.

 

Investir tout au long de sa vie

Un autre point important si vous voulez développer la puissance des intérêts composés, c’est d’investir tout au long de votre vie.

Si vous êtes comme moi, vous n’avez pas la chance d’investir une grosse somme d’argent dès le début. Par contre, investir une petite somme chaque mois va vous permettre de lisser votre investissement, tout en augmentant les intérêts qui vont vous être payés.

Et par extension, si votre capital et vos intérêts augmentent, vous décuplez l’avantage des intérêts composés.

Vous devez retenir également une chose importante : la date du meilleure moment pour investir.

Cette date, c’est le plus tôt possible.

Plus vous commencez tôt à placer votre argent, plus les intérêts composés vont travailler pour vous rapidement. Il n’est donc jamais trop tard pour commencer, mais il faut commencer.

 

 

L’effet pervers des intérêts composés

A me lire, vous pourriez croire que les intérêts composés sont la solution ultime pour se créer de la richesse. Et bien vous auriez raison.

Cependant, les intérêts composés vont jouer contre vous à un seul moment : lors de l’application des frais de gestion.

Il faut savoir que ces derniers s’appliquent sur l’ensemble de votre investissement.

Comme les intérêts composés augmentent votre capital de manière exponentielle, les frais de gestion grossisse de la même manière.

Il faut donc choisir des frais de gestions les plus bas possibles. Le moindre pourcentage en plus pouvant vous faire perdre beaucoup d’argent, alors qu’une réduction de ces frais peut être très bénéfique pour votre portefeuille.

De façon générale, plus les frais, qu’ils soient de gestion, de garde, de courtage ou autre, sur un investissement sont bas, mieux c’est.

 

Calculer vos intérêts composés

Les intérêts composés sont la preuve que les mathématiciens et les physiciens sont les amis des investisseurs.

 

  • Il faut retenir plusieurs choses si vous voulez réussir un investissement

 

  • Il faut investir tout au long de sa vie, même une petite somme

 

  • Il faut commencer le plus tôt possible

 

  • Il faut des frais les plus bas possible

 

  • Il faut réinvestir ses gains pour profiter de l’effet des intérêts composés

 

  • Il faut investir sur la durée

 

Les intérêts composés vont vous permettre de multiplier votre capital de départ.

C’est pourquoi il est important d’avoir en tête les cinq critères ci-dessus.

 

Voici la formule pour calculer vos intérêts composés:

 

Vf= Vi x (1 + t) puissance n

  • Vf: Valeur finale, c’est à dire le montant de ce que vous aurez à la fin de votre investissement
  • Vi: valeur initiale, soit le capital de départ investi
  • t: le taux, exprimé non pas en pourcentage, mais en valeur réelle (5% devenant 0,05)
  • n: représente le nombre d’années pendant lequel le calcul des intérêts composés se fait

 

Sinon, vous pouvez aussi utiliser ce calculateur, qui à l’avantage d’intégrer la prise en compte de versements réguliers.

 

Maintenant que vous connaissez cette notion d’intérêts composés, il ne vous reste plus qu’à appliquer la méthode à vos différents placements.

Et rappelez-vous que le meilleur moment pour commencer, c’est aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :