Protéger sa famille

L’assurance décès : la base pour protéger sa famille

Quand on fonde une famille, on se projette dans le futur qu’on imagine radieux (en tout cas je l’espère). On pense souvent à un achat immobilier, à notre carrière, à l’éducation des enfants… Rarement à prendre une assurance décès.

Malheureusement, il arrive que ces beaux projets volent en éclats et que des vies soient brisées suite au décès brutal de l’un des conjoints. A savoir : en France, 1 décès sur 5 a lieu avant 65 ans et les hommes ont un risque 2 fois plus élevé…

En plus de devoir affronter une épreuve terrible, la famille du défunt doit souvent faire face à un véritable défi financier suite à la perte d’une partie des revenus du couple. Il existe un moyen de palier à cela avec l’assurance décès.

Présentation de l’assurance décès

L’assurance décès est un outil de prévoyance. Par ce contrat, l’assureur s’engage, en cas de décès, à verser un capital au(x) bénéficiaire(s) désigné(s). Le but est donc de garantir à notre entourage des revenus en cas de décès. Le contrat peut également couvrir le risque d’invalidité totale.

Au contraire de l’assurance-vie, l’assurance décès est une assurance à fonds perdus. Concrètement, cela veut dire que si l’assuré ne paie plus ses cotisations la compagnie ne versera rien. Il faut donc se pencher sur les avantages et les inconvénients de ce type de contrat pour s’assurer qu’ils nous conviennent.

Les avantages

L’assurance décès posséde des avantages non négligeables pour mettre sa famille ou son conjoint à l’abri des aléas financiers :

  • permet au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) de toucher un capital en cas de disparition du souscripteur.
  • peut comporter une rente éducation pour apporter des revenus aux enfants et les aider dans la poursuite de leurs études en cas de décès des parents.
  • il existe également une rente conjoint survivant pour l’aider à faire face à une baisse des revenus du foyer.
  • selon les contrats, l’assurance décès peut aussi être effective lors de la survenance d’une invalidité ou d’une incapacité de travail.
  • le capital versé n’entre pas dans l’actif successoral (hors dernière prime annuelle qui est déduite des abattements liés à l’assurance-vie). La fiscalité ne s’applique donc pas dans ce cas.

Les inconvénients

Comme pour tout contrat d’assurance, il est impératif de bien étudier les inconvénients de l’assurance décès :

  • les contrats à durée temporaire (la majorité), prennent fin quand le souscripteur atteint l’âge limite fixé. S’il est en vie, l’assuré perd donc l’intégralité des cotisations qu’il a versé (assurance à fonds perdus).
  • à partir d’un certain âge, un examen médical est obligatoire.
  • certaines clauses entraînent le non-versement du capital (ex : cause du décès, délai de carence…).

Comment souscrire une assurance décès ?

Il existe une multitude de contrats et il peut être difficile de s’y retrouver. Je te conseillerai de faire jouer la concurrence et d’étudier différentes propositions. Ne te contente pas de regarder le prix, il faut regarder attentivement les clauses d’exclusion. A titre personnel, j’ai refusé un contrat qui devenait caduque si je décédais lors de ma pratique sportive (sport non risqué et en  amateur pourtant).

Il faut être majeur pour pouvoir souscrire une assurance décès. En général, tu peux le faire jusque 64 ans, au delà c’est plus compliqué de trouver une compagnie qui accepte. Garde en mémoire que certains facteurs influent sur le tarif de ton contrat : le montant du capital garanti, ton âge, ton état de santé, le fait d’être fumeur (25 à 75% de plus). Donc plus tu avances en âge, plus le tarif est élevé. Par conséquent, la cotisation augmente légèrement chaque année.

Une fois trouvé le contrat qui te correspond, il te reste à désigner les bénéficiaires. Tu peux les choisir librement, en attribuant la répartition que tu souhaites à chacun. Petit conseil : en cas de séparation/divorce, demande toi si c’est judicieux de garder ton ex en tant que bénéficiaire ?

Est-ce que c’est fait pour toi ?

Pour savoir si tu es concerné par le sujet, demande toi ce qu’il adviendrait des finances de ta famille si tu disparaissais. Hormis si tu as un patrimoine important (ex : des revenus locatifs élevés) qui ne repose pas sur ta personne, tu es forcément concerné. Dans ta situation actuelle, que se passerait-il avec un salaire en moins dans le foyer ? Ce type d’assurance devait être obligatoire, ce n’est que mon avis.

Lorsque tu prends sérieusement en main la question de tes finances, tu prépares un budget digne de ce nom. L’assurance décès devrait y figurer en bonne place, c’est la première action à mener pour sécuriser tes finances. Alors oui, ce n’est pas très gai de penser à sa disparition. Mais je pense que c’est encore plus douloureux d’imaginer ses proches plongés dans une détresse financière… Une fois que tout est en place, tu es plus serein et tu n’y penses plus.

N’attends pas, fais tes recherches sur internet et demande des devis. On connait tous des personnes qui nous ont quittées bien trop jeunes. Il faudrait être inconscient pour penser que  nous sommes à l’abri…

Vraisemblablement, votre décès ne se produira pas avant la fin de vos jours et la date de votre inhumation concordera probablement avec celle de vos obsèques

Pierre Dac

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.